PBK & Wolf Eyes – Rabid

Publié le par Esther

Ces dernières semaines est sorti l'album « Rabid » de PBK & Wolf Eyes. Derrière cet étrange nom se cachent des personnalités bien trempées et différentes les unes des autres.

Au sein de cette collaboration résonne le nom d'Aaron Dilloway, notoirement connu pour produire un harsch noise sans concession et jusqu'au boutiste provoquant parfois des agressions sonores proches de l'insoutenable à l'instar d'un Merzbow, l'un des maîtres incontestés du genre. Pourtant, sur « Rabid », sa présence se fait plus discrète bien qu'agressive, mais d'une subtilité insoupçonnée. Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'un disque ambiant minimaliste. Ici, se croisent électroniques, élucubrations sonores et divergences de tonalité. Alors qu'en fond sonore, un drone ne parvient pas à se mettre en place, chahuté qu'il est en permanence par des infra basses ou des effilochements écorchés, les fréquences mises en avant ramènent à ces bandes radiophoniques que l'on peinant à trouver à force de manipulation sur un vieux transistor.

Dénuée de toute référence par trop évidente, la principale qualité de cet album aux atouts agressifs et méditatifs à la fois est un savant mélange entre ambiance qui tangue de façon permanente et bruits parasite qui interrogent sur leur provenance. Le disque est-il rayé ou bien n'est-il que le reflet d'un décor aux craquements volontaires qui participent à cet atmosphère cauchemardesque. En effet, sur toute la longueur du disque, cet univers étrange où les sons crépitants s'entrechoquent en permanence, s'amusent avec votre système nerveux, créant une bande originale absolue pour un film tel que « Erasheread ». Malgré ce portrait peu engageant aux premiers abords, l'album s'avère plutôt captivant à l'écoute, comme un rythme sournois qui s'installe en vos murs pour effrayer vos voisins et vous laisser enfin seul, loin de tout, et de tout le monde, au milieu d'une œuvre chaotique et abstraite, mais à l'abri des parasites du quotidien qui s'offusqueraient d'une telle musique.

Commenter cet article