PORTISHEAD - Dummy

Publié le par Esther

 

17 ans. Quand on y pense, c'est énorme. Soyons fous, séquence vieux con:

 

A l'époque, je bossais la nuit. Je me souviens avoir traversé les rues de Paris, avec ce disque dans l'auto radio, cheveux au vent (le premier qui se marre se ramasse une tarte!) il a tourné des heures durant. Des jours et des jours. La voix de la belle Beth était littéralement envoûtante, et cette musique, totalement nouvelle.... Le trip-hop, arrivait, avec PORTISHEAD et MASSIVE ATTACK en tête de gondole. La suite, on l'a connaît. Une chiée de suiveurs vont tenter de faire mieux, sans jamais y parvenir. Ce mélange de rythmes hip-hop et de musique profondément mélancolique, va, d'entrée pulvériser la concurrence, et le groupe changera plus ou moins de direction dès le second opus, suffisamment lucide pour comprendre que leur mètre étalon ne pouvait être égalé. Ils vont ensuite se terrer dans le silence pendant des années avant de sortir un troisième opus, totalement différent.

 

  http://i21.servimg.com/u/f21/13/11/64/39/portis10.jpg

 

Revenons à nos moutons. J'ai écouté Roads à m'en faire péter les tympans des nuits entières, et encore aujourd'hui, ce morceau ne cesse de me bouleverser. Récemment réédité en vinyle, ce disque est né pour le vinyle. Il résonne d'une façon particulière, ronde, forte, et comme sortant d'une cave enfumée. On ne distingue plus les craquements ajoutés des craquements du disque, tout fait corps, et Beth vous fait presque l'amour dans votre salon... Enfin, pas tout à fait, elle vient pleurer dans votre salon, mais peut-être qu'une fois réconforté, il y aura moyen de conclure...

 


Publié dans vinyle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> Une bien belle note qui permet de comprendre comment le taulier est devenu sourd et capilo-déficient.<br /> <br /> <br />
Répondre